Une nouvelle étude co-écrite par l’Institut Pasteur élucide les mécanismes de l’anosmie dûe à la COVID-19

Le Professeur Lledo, à la direction de l’Unité Perception & Mémoire de l’Institut Pasteur Paris nous informe sur la découverte des mécanismes de l’anosmie à court et à long terme liée à la Covid-19

La COVID-19, causée par le virus SARS-CoV-2, nous le savons, est principalement une maladie respiratoire mais de nombreux patients présentent des symptômes extra-respiratoires. Parmi ceux-ci, une perte soudaine de l’olfaction chez les personnes infectées par le SARS-CoV-2 a été signalée dans le monde entier dès le début de la pandémie. Le rôle direct du virus dans l’anosmie est resté jusqu’ici incertain ; mais dans une nouvelle étude, des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS, de l’Inserm, de l’Université de Paris, et de l’AP-HP, ont élucidé les mécanismes impliqués dans l’anosmie liée à la COVID-19. L’étude, conduite auprès de patients ayant la COVID-19, montre de façon inattendue que les tests classiques RT-qPCR pratiqués sur les écouvillonnages nasopharyngés peuvent se révéler négatifs alors même que le virus persiste toujours au fond des cavités nasales, dans l’épithélium olfactif. 

Ainsi, 4 faits marquants de cette étude ont été mis en évidence :

  • Le brossage nasal révèle la présence du virus quand l’écouvillonnage ne le détecte pas,
  • Le SARS-CoV-2 peut persister au sein de l’épithélium olfactif pendant plusieurs mois,
  • Le SARS-CoV-2 infecte les neurones sensoriels et provoque un recrutement de cellules immunitaires dans l’organe sensoriel de l’olfaction,
  • Le SARS-CoV-2 peut provoquer une inflammation persistante de l’épithélium olfactif et du système nerveux olfactif.
Schéma représentant les différentes étapes qui surviennent au niveau de l’appareil sensoriel et qui concourent à l’anosmie liée à la Covid-19 (© Institut Pasteur)

La découverte de l’association entre la perte durable de la fonction olfactive et la présence d’une infection virale récurrente, invite les cliniciens à modifier la prise en charge des patients COVID-19 long.

Article tiré de l’étude « Le dysfonctionnement olfactif associé à la COVID-19 révèle la neuroinvasion et la persistance du SRAS-CoV-2 dans le système olfactif, Science Translational Medicine, 3 mai 2021 » dont les auteurs sont Guilherme Dias de Melo, Françoise Lazarini, Sylvain Levallois, Charlotte Hautefort, Vincent Michel, Florence Larrous, Benjamin Verillaud, Caroline Aparicio, Sebastien Wagner, Gilles Gheusi, Lauriane Kergoat, Etienne Kornobis, Flora Donati, Thomas Cokelaer, Rémi Hervochon, Yoann Madec, Emmanuel Roze, Dominique Salmon, Hervé Bourhy, Marc Lecuit, Pierre-Marie Lledo.

Posts created 41

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut