Non classé

Entretien avec Amaury Bernard

Élaboration d’un catalogue raisonné à partir du fonds d’archives de la Bibliothèque nationale de France en lien avec le parfum

FdD Per Fumum :  Pourquoi avoir choisi de candidater ? Pouvez-vous nous parler de vous et de votre motivation à entreprendre ce projet ? 

AB: Je suis historien contemporanéiste*. J’ai soutenu ma thèse en 2019 sur les combattants français, britanniques et allemands pendant la drôle de guerre de septembre 39 à mai 40. J’ai étudié les conflits mondiaux dans la première moitié du 20e siècle. Toutefois, je me suis beaucoup intéressé au cours de ma thèse, de mes recherches et même plus en général, à l’histoire des sens et des sensibilités. Candidater à ce post-doc m’ouvrait la possibilité d’explorer pleinement cette piste et notamment au travers du parfum.

C’est pour moi évidemment un nouveau défi intellectuel et scientifique. L’histoire du parfum est assez vaste et permet de recouper une grande partie du 20e siècle par la marge. C’est aussi l’histoire d’un produit qui touche le luxe et l’odeur et c’est ça qui m’a attiré dans l’appel à candidature pour ce post-doc. Évidemment, il y a aussi eu le fait que ce soit au sein de la BnF car c’est une institution presque incontournable pour tout chercheur. L’intégrer, c’est pouvoir accéder aux différents fonds et notamment beaucoup qui n’ont pas encore été explorés par mes pairs et collègues.

* Dans le jargon des historiens, celui qui est spécialiste de l’époque contemporaine, c’est à dire depuis 1789 ou 1815

FdD Per Fumum : Comment comptez-vous aborder ce travail inédit qu’est la création d’un catalogue raisonné du parfum ?

AB : Je pense que tout d’abord afin d’avoir une vision un peu large, l’idée est de rédiger une bibliographie à partir des fonds de la BnF. Une fois cette visibilité créée, nous avons un premier balisage, c’est-à-dire : la définition des termes clés, des notions utiles et des concepts qui vont être mobilisés pour écrire ce catalogue raisonné.

Bien sûr, dans une deuxième partie, il y a cette question de l’exploration des collections de la bibliothèque. Celles-ci sont à la fois présentes sur le site Richelieu mais également dans tous les autres sites de la BnF et donc l’idée va être de sonder les différents catalogues des différents services. Dans un troisième temps, une fois qu’on a fait ce balisage, il faut retourner dans les sources et dans les fonds pour organiser tous ces documents, tous ces fonds suivant une logique scientifique afin de pouvoir créer ce catalogue.

FdD Per Fumum: Quels sont les thèmes forts que vous souhaitez aborder ?

AB : Je suis encore aux premiers tâtonnements mais les thèmes seront dépendants de ce que l’on va trouver dans les fonds et dans les archives. Les premiers thèmes auxquels j’ai été confronté sont l’histoire de la culture olfactive, de l’odeur et du parfum. Puis, il y a l’histoire des techniques et des sciences. Et enfin, il y a l’histoire sociale notamment des travailleurs et des travailleuses du monde du parfum.

Également, il y a d’autres thèmes moins évidents mais tout de même importants. Parmi eux on retrouve, le volet économique, la Presse et l’Histoire de l’objet avec la publicité et la manière dont on va réussir à créer et vendre un produit évanescent qu’on ne voit pas mais que l’on sent. On peut même citer la mondialisation ou l’histoire de la colonisation du fait que nombre de matières premières qui composent un parfum sont produites dans des territoires extérieurs et extra-européens. 

Finalement on ne peut parler d’histoire du parfum sans sa dimension culturelle, sociale, sans ses représentations et son imaginaire. L’acte de se parfumer à un intérêt de « sentir bon », de plaisir personnel voire d’érotisme.

Catégorie : Non classé
Posts created 49

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut